MAGAL DE SERIGNE SOUHAIBOU MBACKE était rappelé à Dieu célébrée ce 5 éme jour du mois béni du Ramadan à Touba 1917 – 1991. Serigne Souhaïbou Mbacké fils de Khadimou Rassoul a quitté ce bas monde à l'âge de 74 ans (Ce que son noble père a vécu exactement !). Il vit le jour un Vendredi 5e jour du mois de Ramadan de l'an 1335 de l'hégire soit le 18 juin 1917 à Diourbel, alors que Serigne Touba était en résidence surveillée à Diourbel ; il tira sa révérence un Vendredi de Ramadan, après la célébration de la nuit du destin ! Sa mère Sokhna Maréma Diakhaté décéda alors que le jeune Souhaïbou n'avait que 5 mois. C'est ainsi qu'il fut confié à Sokhna Khary Mbar, mère de Serigne Abdou Samad Mbacké ; il se retrouvera par la suite entre les mains de Sokhna Khary Sylla. Serigne Abo Madyana plus connu sous le nom de Serigne Souhaïbou Mbacké fut l'un des fils de Borom Touba qui avait fait de l'enseignement coranique sa plus grande occupation sur terre dans la cité religieuse de Touba, comme recommandé d'ailleurs par son vénéré père. La communauté mouride se souvient de Cheikh Souhaïbou Mbacké et de l'oeuvre de ce grand érudit qui enseigna le coran à plusieurs marabouts mourides. La 11 éme édition du Magal de Serigne Souhaïbou Mbacké à Touba, coïncidera avec le 5 éme jour du mois béni du Ramadan, et du jour de naissance du vénéré guide religieux. Des fils de Serigne Touba, Serigne Abo Madyana est décrit comme celui dont l'oeuvre principale était « l'enseignement coranique » des petits fils du vénéré guide et de ses talibés. Réunissant toutes les qualités de son illustre guide, Cheikh Souhaïbou Mbacké se distinguait par son adoration de Dieu, sa foi au Seigneur, son hospitalité, sa sincérité, sa droiture, sa responsabilité ; sa pédagogie, sa calligraphie et son amour du Saint Coran. Après ses humanités coraniques auprès de son vénéré père, celui-ci le confie à son oncle Serigne Amsatou Diakhaté un illustre talibé de son père Khadimou Rassoul qui le confia par la suite à Serigne Alassane Diakhaté. Comme « compagnons d'études », il avait Serigne Abdou Lahad Mbacké, Serigne Saliou Mbacké et Serigne Abdoulaye Diakhaté. On raconte que Serigne Souhaïbou a commencé à prier dés l'âge de 7 ans, et il a eu à s'acquitter de toutes les autres prières qu'il n'a pu effectuer durant sa petite enfance. Cheikh Souhaïbou Mbacké était aussi un érudit hors pair. Il a rassemblé beaucoup d'écrits de son père.
Située au 14° 52’ de latitude Nord et 15° 52 ’ de longitude Ouest, la Ville de TOUBA se trouve dans le centre ouest du Sénégal. La Ville de TOUBA est ordonnée de manière radioconcentrique par rapport à la Grande Mosquée qui se présente comme le cœur de la ville.

Lire la suite

Expansion et développement

Traiter de l’expansion du mouridisme et de son développement reviendrait à faire la géographie du mouridisme et un tour d’horizon des réalisations qui ont jalonné son parcours séculaire. Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme qui contrairement à ce qui semble répandu n’est pas une confrérie mais l’Islam réhabilité, dès le début de sa mission a inquiété plus d’un à cause de l’engouement des disciples, de leur ardeur et de la foi inébranlable qu’ils portaient à ses enseignements.

Statut sacré de la cité bénite de TOUBA

DIEU a établi sur terre des enceintes promues cités de DIEU où il a manifesté ses signes et les a confiés à ses serviteurs par l'intermédiaire de qui Il soutient sa religion...

Lire la suite

Déférence qui s’accorde avec le statut de la ville

TOUBA est une ville sainte, une maison de DIEU et à ce titre il sied de lui réserver la considération qui convient aux demeures sacrées et ce dans toutes ses limites." C’est ainsi et celui qui prend en considération les limites sacrées [l’Enceinte] de DIEU, c’est mieux pour lui auprès de son SEIGNEUR ". (Coran S22 V30) Si donc on convient que le pèlerinage ou la visite pieuse sont faits dans le dessein de magnifier un lieu portant les signes de DIEU c’est à dire un lieu Saint, ou alors la visite est faite dans la volonté de rendre hommage à un homme de DIEU,

Lire la suite

SERIGNE CHOUHAIBOU MBACKE : L'exemple achevé du soufi
  Les fils du fondateur du mouridisme ont reçu en héritage spirituel de Serigne Touba, chacun en ce qui le concerne, un aspect particulier du cheikh. Si Serigne Fallou était distingué de par sa sobriété et son caractère de talibé, Serigne Abdoul Ahad comme pionnnier de l'assainissement, Serigne Djily par son majestueux magistère à l'imamat, Serigne Chouhaïbou Mbacké quant à lui, était le veritable gardien de l'orthodoxie mouride.1917 – 1991. Serigne Souhaïbou Mbacké fils de Khadimou Rassoul a quitté ce bas
monde à l’âge de 74 ans (Ce que son noble père a vécu exactement !).
  Le père de Serigne Cheikh Saï Mbacké, son actuel khalife, était surtout connu pour son franc parler, son objectivité et son respect scrupuleux des prescriptions du coran et de la tradition authentique.Selon la legende mouride, Serigne Chouhaïbou était, des fils de Serigne Touba, celui qui lui ressemblait le plus dans sa qualité privilégié de serviteur entièrement respectueux des recommandations d'Allah, qui délaisse tous Ses interdits immédiatement aprés en avoir pris connaissance.
  Il est avéré que Serigne Chouhaïbou Mbacké était un grand érudit auquel tous ses frères confiaient la formation coranique de leurs enfants, de la jurisprudence à la mystique. De nombreux érudits ont ainsi bénéficié de son encadrement.
   Conformément à sa philosophie et sa rigueur, il avait complétement tourné le dos à la vie. Outre l'Islam et la voie du mouridisme, on ne lui connaissait aucun centre d'intérêt.D'ailleurs, il a sorti avant son rappel à Dieu en 1995, un ouvrage majeur "KHOURATOUL AYNI" dans lequel il a présentait beaucoup de concepts divins utiles à la vie du musulman. Dans cette oeuvre, il a balisé en long et en large le chemin menant vers la clémence et la misericorde... 1917 – 1991. Serigne Souhaïbou Mbacké fils de Khadimou Rassoul a quitté ce bas monde à l’âge de 74 ans (Ce que son noble père a vécu exactement !).
Il vit le jour un Vendredi 5e jour du mois de Ramadan de l’an 1335 de l’hégire soit le
18 juin 1917 à Diourbel, alors que Serigne Touba était en résidence surveillée à Diourbel;